ESPECES INVASIVES

Si vous êtes concernés par la prolifération de végétaux aquatiques

vous reconnaitrez certainement l'une des espèces ci dessous.

En effet, sans être exhaustive

cette liste vous présente les principales espèces envahissantes qui s'enracinent dans nos plans d'eaux et nos rivières :


LE Myriophylle

LE Myriophylle du Bresil


Comme son nom l'indique, le Myriophille du Brésil est originaire d'Amérique du sud. Il a été introduit il y'a plus d'un siècle en France pour ornementer aquariums et bassins. On ne se doutait pas alors qu'il allait coloniser nos plans d'eau. Les tiges atteignent parfois jusqu'à 3m de longueur et la partie aérienne peut atteindre les 40cm au dessus du niveau de l'eau.



LE Myriophylle en épi


LE Myriophille en épi est une espèce très envahissante de part sa capacité d'adaptation et la rapidité de sa croissance. Contrairement au Myriophille du Brésil, ses feuilles sont totalement immergées. Lorsque les tiges arrivent en surface, elles forment de nombreuses ramifications, ce qui forment des touffes très denses, empêchant le passage de la lumière et concurrençant ainsi les autres espèces. Juste avant la floraison, on le reconnait facilement à ses bourgeons rouges qui eux sont emmergés. 

CORNIFLE IMMERGE


On l'appelle encore "herbe à corne" en raison de la texture de ses feuilles (rigides, cassantes et piquantes). En aquariophilie, cette plante est utilisée pour sa capacité de développement et son aptitude à faire diminuer la quantité d'algues. Mais attention, en milieu naturel si son développement n'est pas maîtrisé, elle colonisera rapidement l'ensemble de l'espace aquatique et aura pour conséquence d'étouffer le reste de la faune et de la flore. La dureté de son feuillage à maturité repousse même parfois les poissons les plus voraces tels que les carpes amours

On l'appelle encore "herbe à corne" en raison de la texture de ses feuilles (rigides, cassantes et piquantes). En aquariophilie, cette plante est utilisée pour sa capacité de développement et son aptitude à faire diminuer la quantité d'algues. Mais attention, en milieu naturel si son développement n'est pas maîtrisé, elle colonisera rapidement l'ensemble de l'espace aquatique et aura pour conséquence d'étouffer le reste de la faune et de la flore. La dureté de son feuillage à maturité repousse même parfois les poissons les plus voraces tels que les carpes amours

Elodée du Canada


C'est une plante originaire d'Amérique du Nord importée en Europe par les aquariophilles. On la surnomme "peste des eaux", en effet sa prolifération devient vite incontrôlable et ses effets sur le pH ont parfois des effets catastrophiques sur le milieu aquatique. Sa rapidité de croissance est impressionnante.


Elodée de Nuttall

L'origine de cette plante est la même que celle de "sa soeur canadensis". Elle est parfois appelée élodée à feuilles étroites. Introduites dans nos milieux aquatiques par le biais de l'aquariophillie, elle devient elle aussi très vite incontrôlable. Les poissons et oiseaux lui préférant les variétés autochtones, elle prend vite le dessus sur les autres plantes présentes.

Potamot crépu

Il est également appelé "la laitue des grenouilles" certainement en raison de son aspect. La plupart du temps cette espèce n'est pas considérée comme envahissante, mais avec le temps et si elle n'est pas concurrencée par une espèce plus invasive, elle finit par devenir gênante notamment pour la pêche ou la navigation. (cf. : photos ci dessus)

.

Potamot brillant

On rencontre cette espèce un peu partout en France dans les eaux calmes qu'elle affectionne. Ces feuilles sont totalement submergées sauf quand le niveau de l'eau est bas et c'est en dehors de l'eau que les feuilles révèlent leur aspect luisant, d'un vert éclatant. Le potamot brillant ne pose généralement pas de problèmes. Les tiges peuvent atteindre jusqu'à 1,5m et les feuilles mesurent de 10 à 20cm.

Potamot nageant

Potamot nageant


C'est une plante appréciée par les grenouilles et les libellules. Elle forme de large feuilles flottantes à la suface un peu comme les nénuphars. Elle n'est pas considérée comme envahissante, mais son fort pouvoir de recouvrement peut empêcher la lumière de passer au travers et ainsi nuire à la biodiversité. Il est donc important d'en contenir l'étendue.




Jussie à grandes fleurs

Ne vous fiez pas à ces jolies petites fleurs jaunes. La jussie est la pire des espèces envahissantes. Elle empêche le bon écoulement des rivières, elle recouvre toute la surface disponible très rapidement, monopolisant ainsi tous les rayons du soleil, elle consomme l'ensemble des nutriments et par conséquent éradique toute autre végétation. La faune en souffre également. Sa densité subaquatique est telle qu'elle interdit même le passage de petis organismes. C'est un véritable fléau que la jussie et seul un arrachage soigné et annuel peut permettre de la contenir.

.